Présentation de Ayni, Tierra Verde

L'ORIGINE D'UN NOM :

L'origine d'Ayni, un principe fondateur venu du Pérou : 

On pourrait traduire la notion d’Ayni par « la réciprocité » mais aussi par « l’harmonie de soi avec notre environnement ». Cette notion nous vient du Pérou, du peuple Quechua, plus précisément. Elle désigne le principe d’aide mutuelle exercée au sein des populations  traditionnelles. Elle fait partie des concepts centraux de la participation et de la solidarité dans la culture et de la civilisation des communautés des Andes et joue un rôle central en tant que créateur de lien social au-delà de la famille. C’est ce qu’on peut rapprocher un peu du système des réseaux d’échanges dans nos cultures occidentales.

Dans son principe, il est lié à une représentation d’interdépendance de tous les êtres vivants dans un écosystème. Selon cette conception, nous ne vivons pas seuls, mais recevons et donc sommes appelés à donner en permanence. Cette réciprocité signifie que chaque acte ou activité d’une personne conditionne, ou est la conséquence, des actes d’autres personnes. Il implique à la fois les relations entre les humains et les vivants et est présent dans les représentations spirituelles et les rapports avec la Terre Mère. A ce niveau, ce qui est donné est visible (une offrande), et ce qui est reçu est invisible. La réciprocité ne se limite donc pas à l’échange mais se généralise et va au-delà du temps, en suivant l’idée de « aujourd’hui pour toi, demain pour moi ». 

« Nous devons apporter l'équilibre dans la Terre Mère, la philosophie Inca concerne Ayni : Donner et recevoir, c'est partager et redonner. Pour maintenir l'équilibre dans l'Univers, si nous avons l'abondance, nous devons aider. DONNER est le chemin authentique vers le vrai bonheur et la pratique de la compassion " Antonio Apaza - Maître Qéro dont nous soutenons la Fondation.

Dans notre contexte sociétal, faire en sorte qu’un projet repose sur la reprise de ce concept est essentiel pour faire face aux défis  et enjeux du monde contemporains (économiques, sociaux, écologiques, moraux et symboliques).

Tierra Verde :

Le monde traverse une crise écologique grave. Tous les cinq ans, le Programme des Nations Unies pour l’Environnement publie un rapport détaillé de l’état de l’environnement dans le monde. La demande de ressources naturelles est sans cesse en croissance et a plus que triplé depuis 1970. Selon les Nations Unies, si la population mondiale continue de croître pour atteindre 9,6 milliards d’ici 2050, elle pourrait nécessiter l’équivalent de trois planètes pour fournir les ressources nécessaires au maintien des modes de vie actuels.

Les préoccupations écologiques se répercutent donc, au niveau mondial, sur de nombreux sujets : le réchauffement climatique et ses effets, la pollution de l’eau, de l’air et des sols, la surexploitation des ressources non renouvelables, la dégradation de la biodiversité et l’extinction des espèces. Les questions liées à l’environnement et la préservation de la planète deviennent donc affaire de tous, qu’il s’agisse des Entreprises et des acteurs privés, du secteur associatif et des ONG, des citoyens, des organisations Gouvernementales et Internationales. 

C'est dans ce contexte que notre association entend œuvrer pour une Terre Verte (et bleue bien évidemment)... Il s'agit là de nous mettre en action, à la manière d'un colibri, pour redonner les couleurs à notre belle planète fragile. Le vert est la couleur de l'espoir, il est également celle de la guérison et du cœur au Pérou. C'est bien là l'idée d'Ayni : agir avec notre cœur, en réciprocité avec notre Terre. Celle -ci nous donne tant de choses, tant de richesses qu'il est de notre responsabilité que de lui apporter un peu de bien être en tentant de la guérir de l'action humaine, même à notre petite échelle. Nous ne prétendons pas sauver la planète, mais apporter notre pierre à l'édifice.

LES PORTEUSES DU PROJET   :

Chumpi Ñusta Chumpi Paqo :

Arcoisis.jpeg

Enfant, Jessica voulait devenir archéologue, mais c'est vers l'Humain que sa vie s'est majoritairement dirigée. Au fil de son parcours, elle a découvert certaines pratiques énergétiques dont la géobiologie. Elle a peu à peu compris que la vie était un tout, et que l'Humain que nous sommes ne constitue qu'une infime partie de la Nature.

Portée par cette conviction et enrichie d'un enseignement traditionnel de médecine Péruvienne de la cordillère, elle s'applique à semer quotidiennement l'approche de la culture andine, à travers les actions de l'association, en relai à la mission du peuple Qero.

Ainsi, elle tend à  démontrer, y compris par le biais de la Responsabilité Sociétale des Entreprises, à quel point cette vision ancestrale est parfaitement compatible et ô combien utile aux enjeux de notre vie contemporaine. 

TORTUGAIA :

L'objectif de Prisca est d'associer la Terre et le Ciel, le pragmatisme et l'idéalisme. Sa formation pharmaceutique lui permet ainsi d'allier un ancrage certain avec la réalité du monde dans lequel on évolue, tout en ayant la tête dans ses rêves d'un monde meilleur pour notre belle Gaïa, mère nourricière.

Aimer la plante et l'animal pour, peut-être, aimer l'Humain.

Elle pourrait faire d'Epictète son maître à penser tant elle adhère à la maxime suivante : " N'attends pas que les événements arrivent comme tu le souhaites, décide de vouloir ce qui arrive... et tu seras heureux."

La Genèse de l'Association :

A l’origine du projet, il y a eu une rencontre de deux passionnés, lors d’une formation de Géobiologie.

La géobiologie… vient du grec "Geos" (la terre), "Bios" (la vie) et "Logos" (la parole, la science). C'est l'étude des phénomènes naturels et artificiels présents sur un lieu de vie... ou ce que nous raconte la terre, ou la Terre !

La Terre, à travers ses sous-sols, son environnement, le lieu où l'on se trouve, ses minéraux, ses végétaux, l'Habitat, nous livre des informations précieuses pouvant avoir une incidence sur la santé des Humains que nous sommes. En effet, Géobiologie et Santé sont étroitement liées. Autrefois, la Géobiologie était limitée aux nuisances des rayonnements naturels d'origine tellurique (eau souterraine, failles, etc.…). Elle prend aussi en compte aujourd'hui celles des rayonnements des sources artificielles modernes (ondes électromagnétiques, matériaux de construction, etc.…).L'impact de notre habitation (ou notre lieu de travail) peut ainsi affecter notre santé, nos performances au travail, notre état physique, psychique, émotionnel, énergétique, d'autant que ce sont souvent des endroits que nous fréquentons de longues heures dans la journée ou de notre vie. 

 

Une rencontre, une vision de l’à venir de notre Terre… Une envie commune, des préoccupations écologiques essentielles… il n’en fallait pas plus à ces deux rêveurs, pour imaginer un projet d’association traduisant leur vision du Monde tel qu’ils l'imaginaient.

A cette évocation, une troisième personne, elle, amoureuse de l’aromathérapie se montre séduite par l'idée du projet. Le top départ est donné pour la création d'une association à but non lucratif : Ayni, Au Fil de l'Eau. Incarnant les valeurs des « Amis de la Terre », la jeune association i ne demande qu'à évoluer en ce sens et accueillir des nouvelles personnes de tout horizon, au gré du chemin de chacun. Ainsi, l'équipe fondatrice évolue et voit notamment partir Freddy, le sourcier co-fondateur, tout en conservant les mêmes ambitions, en recentrant les actions associatives. Ayni, au fil de l'eau devient ainsi Ayni, Tierra Verde : l'esprit, l'essence et l'idéologie de "Ayni" perdurent, s'adaptant toujours aux enjeux environnementaux. Afin de répondre aux préoccupations quotidiennes les plus proches  du public, la géobiologie, si elle reste chère à Ayni, n'est plus au cœur de son activité mais reste un thème de sensibilisation et d'ouverture d'esprit, chère à l'association. 

2 - AYNI LOGO ET NOM 2022 (1).JPG
2 - AYNI LOGO ET NOM 2022 (1).JPG