Recherche d'eau (suite)

Bonjour à tous,


En décembre, nous vous avions partagé une intervention à l'ESAT du Domaine de Saint Gilles à Pontlevoy où il était question de faire une recherche d'eau.


L'ESAT ayant pour projet d'ouvrir une parcelle de quelques hectares d'exploitation de plantes aromatiques, il nécessite un minimum d'arrosage, et même si ce genre de plantes sont moins gourmandes en eau que l'est la culture céréalière, il en faut un tantinet plus que pour notre petit plant de thym et de lavande au fond du jardin ! ... D'où la recherche d'eau sur la parcelle pour envisager ou non un forage.


A Ayni, Au Fil De l'Eau, nous ne sommes encore que des bébés sourciers et géobiologues... alors si nous sommes confiants sur certains aspects de nos détections, nous avions préféré, avant de générer des dépenses dans une opération de forage, conseiller à Mme Desnoyers, la Directrice du Domaine de Saint Gilles, ainsi qu'à Claude Richer, Chef de Service de l'ESAT de faire vérifier nos détections par un expert, notamment sur la question du débit qui nous est pour l'instant complexe.


Mme Desnoyers a donc fait appel à un sourcier réputé, notamment dans la région : M. Van Ingen. Sourcier depuis 1986, nous avons l'immense plaisir de le rencontrer vendredi avec Claude Richer. Cette rencontre a été, pour ma part, très enrichissante. Les partages ont émané des deux côtés, M. Van Ingen me donnant des explications sur ses techniques, sur son parcours impressionnant (de mes yeux de bébé géobiologue), et moi lui partageant notre approche et ses applications diverses, y compris à la géobiologie sacrée.


Donc, pour le vif du sujet, je lui ai expliqué le travail de détection que nous avions opéré en décembre, lui expliquant que nous n'étions pas encore opérationnels sur la question du débit et pas suffisamment aguerris pour oser conseiller un forage sur tel point plutôt qu'un autre. Je lui ai cependant expliqué que je pouvais lui certifier qu'on avait trouvé des cours d'eau intéressants sur la parcelle et notamment un point qui nous semble opportun.


D'emblée, M. Van Ingen a confirmé la présence d'eau et ce qui nous avait surpris en décembre, la largueur des veines d'eau, a été validé par ce sourcier expérimenté. Un bon point pour les bébés que nous sommes !

Mais ce qui nous fait plaisir, c'est le résultat de la détection de M. Van Ingen, qui a identifié le point de forage à priori idéal à quelques centimètres du marquage qu'on avait opéré. Le rond rouge à droite correspond au marquage que nous avions fait la première fois, en le décalant pour ne pas gêner les ouvrier dans le chemin. Le deuxième rond à gauche correspond à la mesure et au marquage que j'ai fait la veille de la venue du sourcier avec Claude Richer. Et la flèche indique le marquage au sol que M. Van Ingen a effectué.

M. Van Ingen a évalué une profondeur de 40 à 50 mètres et un débit de 40mètres cubes / heure.


Cette rencontre a été très enrichissante et nous avons très envie de rester en contact avec ce Monsieur dont on a tout à apprendre pour grandir. M. Van Ingen a écrit un livre sur la radiesthésie et la recherche d'eau pas encore édité. Nous nous ferons un plaisir de vous informer dès qu'il le sera !


Par ailleurs, l'association continue ses projets.

Nous travaillons actuellement à la préparation d'une opération de nettoyage des bords du Cher en collaboration avec un groupe volontaire et désireux de cette démarche citoyenne. La personne qui a lancé l'idée sur les réseaux sociaux nous a contacté pour envisager cette opération qui correspondait à nos projets. Nous sommes donc en attente d'un rendez-vous à la Mairie de Bléré pour travailler à l'organisation et aux formalités de ce nouveau projet.



Jiwasa, Munay, Ayni,




43 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout